Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.

Michel Audiard

Exemples d'activités

 

  Initiations techniques 

  Exemples d'exercices et de jeux sur supports multimédias 

  Exemples d'exercices et de jeux de réalisation (prise de vues photo et vidéo, montage) 

  Echanges et apports théoriques 

   Productions : JT en multicaméra, reportages, documentaires...   

 

Nos toutes premières activités, menées en 1999, proposaient une initiation aux rudiments de la réalisation en vidéo. Nous avons animé de nombreux projets de création, en temps libre et en temps scolaire, notamment des réalisations de fictions. Au fil du temps et de nos expériences, nous avons développé de plus amples compétences, acquis des équipements matériels plus complets et plus adaptés, créé de multiples exercices, supports et autres outils pédagogiques et élargi nos thèmes et nos types d'activités. Nous avons pu expérimenter de nombreuses pratiques, parcours et projets. Ces expériences nous ont donné des idées toujours un peu plus précises sur le type d'activités les plus souhaitables à mettre en oeuvre, les plus pertinentes sur le plan éducatif et les plus pratiques pour leurs organisateurs.

 

 

 

 

 

 

Initiations techniques


 

Nous présentons ici les principales techniques abordées habituellement lors de nos ateliers.

 

L'initiation à l'image

Réel, représentation du réel et fiction

Quels sont les médias d'information utilisant des images ?

Comment et avec quoi les images peuvent-elles être créées ?

Quels sont les différents supports d'images ?

Quels sont les principaux types d'images ?

Pourquoi fabrique-t-on et regardons-nous des images ? A quoi nous servent-elles ?

Qui crée les images ? Qui les diffuse ?

Percevons-nous tous les images de la même manière ?

Les trucages et la retouche d'images.

 

La découverte et l'utilisation d'un caméscope

les différents éléments du caméscope (objectif, batterie, zoom, écran...)

les accessoires (trépied, sabot, grand angle, sangle...)

les différentes fonctions (enregistrement, zoom, lecture, les effets...).

 

Le principe de l'image animée

25 images/seconde en vidéo, 24 images/seconde en cinéma, persistance rétinienne,

exemples à partir de flipbooks

 

L'initiation à la prise de vues

l'échelle de cadrage, les valeurs de plan et leurs significations

l'équilibre du cadrage

le champ / le hors champ

les angles de prises de vues

les points de vues

les mouvements de caméra

l'utilisation adaptée du zoom

la stabilité de l'image

la perspective

la lumière

la netteté, la profondeur de champ, etc

 

L'initiation au montage

le découpage technique

le plan, la scène, la séquence

le dérushage

le montage

(sur logiciels Casablanca, iMovie, Final Cut Pro et Kdenlive)

le raccord

le rythme

les effets de transition

l'insertion de texte

le mixage (insertion de musique, voix off, bruitages...), etc.

 

 

 

Exemples d'exercices et de jeux sur supports multimédias


 

 LE MUSICORAMA 

 

Particulièrement apprécié par les jeunes publics, cet exercice consiste à associer de courts extraits musicaux avec des séquences d'images filmées. Par un travail d'expérimentation très ludique, il permet de prendre davantage conscience des effets de concordance et de discordance entre le son et l'image, mais aussi de la valeur et du rôle de la musique dans les productions audiovisuelles (fictions, reportage, divertissements, etc.).

 

 

 

 LES PUZZLERAMAS 

 

Les différents plans d'une publicité ont été découpés et mélangés. Par l'observation, l'écoute et la logique, il s'agit ici de replacer ces morceaux d'images dans le bon ordre pour retrouver leur montage initial. Cet exercice invite de façon originale à visionner plusieurs fois les mêmes plans et images dont le débit est habituellement très rapide. Il permet ainsi de mieux décrire ce que l'on voit, mais aussi d'observer et de s'interroger sur les techniques de réalisation (prise de vue, montage). Un puzzle animé pour lequel on constate que les enfants tâtonnent plus efficacement que les adultes !

 

 

 LA PÊCHE À L'INTOX 

 

Le petit village de Prumemin sur Sauldre connaît-il des problèmes de délinquance juvénile ? Cet exercice consiste à réaliser deux très courts reportages présentant des informations différentes, voire contradictoires. Pourtant, ces reportages seront composés d'images identiques ou presque. Cette expérience, souvent nouvelle pour ceux qui la tentent, démontre avec efficacité, et non sans humour, la subjectivité de l'information par l'image.

 

 

 

 

 ANALYSE D'UN GÉNÉRIQUE DE JT 

 

Afin d'augmenter et de fidéliser leur audience, les chaînes télévisées soignent tout particulièrement la présentation de leur journal pour le rendre attractif. L'observation et la description des éléments d'un générique, qu'on pourra notamment visionner au ralenti, puis leur interprétation, est un exercice fort instructif. Il permet, entre autre, de comprendre que l'élaboration de ce générique a fait l'objet d'une attention très particulière et que de ce qui est montré furtivement, rien n'est laissé au hasard, chaque élément construit un message longuement réfléchi...

 

 

 SALADE D'IMAGES 

 

Tiens... que fait cette vache en pleine finale de Roland Garros ? Des images intruses se sont glissées dans des reportages d'actualité ! Salade d'images vous invite à la vigilance et à s'interroger sur le sens et la source des images d'information. Les premières images intruses sont rapidement repérables, mais de reportage en reportage, ça se corse ! Vos yeux vont devoir passer chaque image à la moulinette !! Un exercice drôle pour former des cerveaux beaucoup moins disponibles, mais plus vigilants et critiques. N'en déplaise aux directeurs des chaînes de télévision et aux publicitaires !

 

 

L'INTRUSCOPE 

 

Premier d'une série de 4 exercices d'observation et de classement, que l'on peut effectuer individuellement ou par équipe, l'intruscope a largement fait ses preuves dans nos ateliers. Il présente 50 séries de 4 séquences télévisuelles de 7 secondes. Dans chacune des séries, parmi les 4 séquences, trois ont un point commun, la quatrième est une intruse (par exemple, 3 séquences de fiction et une séquence de reportage, cherchez l'intruse !). Chaque série permet d'aborder une notion différente (genre de réalisation, cadrage, mouvement de la caméra, son, musique, décors, mise en scène, etc.).

 

 

 VOIS-TU MIEUX QUE ZÉBULON LE CANETON ? 

 

L'éducation à l'image et aux médias à partir de 6 ans, c'est souhaitable et c'est possible ! En suivant les péripéties de Zébulon le caneton, les enfants sont invités à jouer et à s'interroger autour d'une série d'images, de textes et de sons. Les principaux concepts éducatifs de base sont abordés et mettent en évidence la subjectivité de l'image d'information qu'elle soit fixe ou animée : choix exercés à la prise de vues, polysémie de l'image, orientation du sens de l'image par le texte, par le commentaire, par la musique et autres sons...

 

 

 

 DÉCRYPTONS L'INFO ! 

 

Dans les émissions télévisuelles d'information, nous sommes souvent informés par ce qui est dit plus que par ce qui est montré. Mais pour les chaînes TV, le choix des images qu'elles présentent n'est pas le fruit du hasard. Il s'articule autour de stratégies, de contraintes techniques, économiques, déontologiques, politiques, etc. Le rôle, le pouvoir et le sens de ces images échappent parfois à notre compréhension directe : elles peuvent chercher à nous séduire, à nous impressionner, à nous attirer...

A partir de reportages de JT, l'exercice consiste donc à s'interroger sur la valeur et le sens des images qui les composent. On repèrera notamment les images prétextes ayant peu ou aucune valeur informative. Puis, on s'interrogera sur les techniques de réalisation de reportages d'actualité et sur le traitement de l'information à la télé. L'information télévisée, est-ce du journalisme ou d'abord du spectacle et de la promotion ?

 

 


Exemples d'exercices et de jeux de réalisation


 

Un caméscope permet de multiples possibilités d'activités à proposer aux enfants et aux jeunes dans le cadre de leur temps libre ou de leur temps scolaire. Voici une sélection d'activités nous semblant particulièrement intéressantes et motivantes. Ce sont des activités que nous proposons régulièrement dans nos ateliers et nos formations. Elles favorisent, entre autre, les apprentissages techniques et le développement des capacités créatives et d'expression. Nous vous encourageons à les proposer (plutôt pour des jeunes de 9 ans et plus), notamment dans le cadre d'une initiation à la création audiovisuelle et avant de vous lancer dans des projets de réalisation plus importants.


 

 

 LES RÉALISATIONS EN TOURNÉ-MONTÉ 
 

Pour comprendre le principe du tourné-monté, il faut d'abord bien saisir la notion de « plan ». En audiovisuel, le plan est une prise de vues enregistrée, comprise entre la mise en marche de la caméra et son arrêt. En d'autres termes, quand on appuie sur le bouton d'enregistrement avec un caméscope ou un smartphone, on réalise un plan.

Pour en savoir plus sur la notion de plan :
http://www.transmettrelecinema.com/video/montage-plans/

 

Une réalisation en tourné-monté est un film dont le montage se fait instantanément au tournage, donc uniquement avec le caméscope, sans utiliser de logiciel de montage.

Le film sera uniquement composé de chaque plan enregistré et conservé dans le caméscope. Une fois le tournage terminé, le montage est fait  !

Depuis le caméscope, il suffit simplement de mettre en lecture le premier plan pour voir l'intégralité des plans assemblés entre eux et donc montés  !  

Le tourné-monté implique de filmer les plans dans l’ordre chronologique de leur apparition dans le film.

On peut effectuer plusieurs prises pour un même plan, mais il sera nécessaire d'effacer les mauvaises prises pour ne garder que la meilleure.

Après chaque plan enregistré, on peut me
ttre en lecture le plan précédent pour vérifier le raccord.

Toujours avec le caméscope, on peut intégrer
à son film un plan titre et un ou plusieurs plans de générique. Par exemple, on peut filmer un titre et un générique écrits sur une feuille de papier, ou sur un tableau, sur du sable, sur une fenêtre embuée, etc.

On peut également associer de la musique à un ou plusieurs plans. Pendant le tournage d’un plan, on peut, par exemple, enregistrer un air siffloté ou chanté, des percussions improvisées, une musique diffusée depuis le haut-parleur d'un smartphon
e, etc.

Le tourné-monté n'empêche pas d'intégrer des trucages au tournage, comme par exemple des apparitions/disparitions, des transformations, des changements de voix, des perspectives forcées, etc.

Amusante et motivante, la réalisation en tourné-monté est une activité assez bien adaptée à des activités jeunesses en groupe, plutôt à partir de 10 ans. 

Le tourné-monté permet de réaliser des films plus spontanément et dont on peut voir le résultat très rapidement. C'est aussi une occasion de bien s'exercer au découpage d'un fil
m en différents plans.


N'hésitez pas à donner des contraintes. Par exemple, le film :
   
doit être réalisé en moins d'une heure ;
   
doit durer entre 90 secondes minimum et 2 minutes maximum ;
   
doit comprendre au minimum 20 plans ;
   
doit être réalisé dans un espace imposé et pas au delà ;
   
doit comprendre un générique, de la musique, des bruitages.

 


remarque : donner pour contrainte une durée de film très courte avec un nombre important de plans (par exemple un film d'une minute comprenant 15 plans) a pour intérêt d'encourager la réalisation de plans très courts, rendant généralement ainsi les films plus dynamiques et à prendre conscience des possibilités infinies de combinaisons de cadrages, d'angles et de points de vues, mais aussi comment on peut orienter le regard des téléspectateurs sur des aspects et détails précis.

 



 LES RÉALISATIONS SUR SCÉNARIO IMPOSÉ 

 

Amusez-vous à écrire un très court scénario (réalisable) que vous demanderez ensuite aux participants de votre atelier de mettre en scène et de filmer. Le film peut être fait en tourné-monté ou faire l'objet d'un montage à partir d'un ordinateur ou d'une station. Comme pour l'activité précédente, n'hésitez pas à donner des contraintes. Si vous pouvez former plusieurs équipes, il est intéressant de comparer comment les scénarios ont été traités, mis en scène et mis en image. 




 LES MARATHONS IMAGES 
 

Les participants sont répartis en équipe de 2 à 6. Un sujet quelconque leur est donné (par exemple « coup de foudre »). A partir de celui-ci, ils doivent réaliser un film (fiction, pub, reportage, clip, etc.) en tourné-monté. Pour cette activité, afin de lui donner une dynamique quasi sportive, imposer des contraintes devient ici indispensable, notamment pour le temps de réalisation (qui peut être de plus en plus court) et la durée du film (que nous vous conseillons d'une minute maximum). Après la réalisation de chaque sujet, les films sont visionnés avec tous les participants. Puis on peut échanger des réactions et des critiques constructives sur le film, en laissant s'exprimer d'abord les réalisateurs, puis les autres participants (un moment privilégié pour permettre l'expression et l'écoute de chacun). Cette activité nous a été suggérée par l'association MEDIAPTE (Poitiers).


 

 

 

 DES ESSAIS DE TRUCAGES 
 

Les trucages et effets spéciaux sont habituellement très appréciés en atelier. N'hésitez pas à les expérimenter. Voici quelques propositions très classiques de trucages, mais avec un peu d'imagination et de tâtonnement, vous en trouverez sûrement d'autres.

 

Les trucages à la prise de vues
   
perspectives forcées ;
   
apparaître/disparaître, transformation ;
   
effet fantôme (caméscopes Sony uniquement) ;
   
effet morphing (caméscopes Sony uniquement) ;
   
etc.
 


Les trucages au montage
   
les fonctions de ralenti, accéléré et à reculons permettent de multiples trucages ;
   
effet fantôme (mélange de deux images) ;
   
incrustations sur fond vert ou bleu (souvent appelées chroma key) ;
   
etc.

 

 

Echanges et apports théoriques


 

Si nos activités font une très large place à la pratique, nous ne négligeons pas les échanges verbaux, les discussions, les questionnements et apports de connaissances théoriques. Nous encourageons régulièrement les élèves à faire part notamment de leur rapport aux images et aux médias, de leurs connaissances, de leurs goûts, de leurs idées, de leurs interrogations. Nous les invitons à verbaliser leurs nouvelles connaissances, leurs difficultés de compréhension, leurs avis sur nos activités, sur nos outils pédagogiques, sur leurs propres productions, etc.

 

 

 

Productions : JT en multicaméra, reportages, documentaires...


 

 LA RÉALISATION DE REPORTAGES ET DE JOURNAUX TÉLÉVISÉS  


La réalisation de reportages est une activité assez simple à organiser, même avec les plus jeunes. On s'appliquera à choisir ses sujets, préparer des questions, se répartir des rôles, puis on se lance ! Attention aux contre-jours et approchons-nous le plus prêt possible de la personne à interviewer pour obtenir le meilleur son. Une fois le tournage terminé, un petit montage s'impose parfois pour retirer les mauvaises prises. Enfin, le reportage est prêt pour une diffusion sur grand écran. Et pourquoi pas créer un vrai journal télévisé pour présenter l'ensemble des reportages, donner la parole aux envoyés spéciaux et présenter aussi quelques informations sur la météo de demain ?
 

 

 
 

 LES RÉALISATIONS EN RÉGIE DIRECTE 
 plateau filmé par plusieurs caméras 


Notre dispositif de régie directe permet de réaliser de véritables émissions de plateau (émissions de jeux, débats, journaux télévisés...).

 

 
Ce dispositif comprend un switcheur SE 500 Datavidéo (table de mixage) sur lequel nous pouvons brancher quatre sources d'images, par exemple 3 caméscopes et un ordinateur. En sortie, nous utilisons un moniteur témoin sur lequel apparaît les images des différentes caméras et un second écran (ou un vidéo projecteur) pour l’image que le réalisateur ou la réalisatrice choisi(e) de diffuser en direct. Différents trucages instantanés et volets de transition sont possibles. Le switcheur peut aussi gérer des sources audio (micro, musique). Un ordinateur portable peut être ajouté pour générer des textes, diffuser des séquences vidéo ou sonores, des jingles, etc.


L’ensemble de cet équipement, très apprécié par les jeunes publics, permet également des tournages d’événements à plusieurs caméras comme des pièces de théâtre, des événements sportifs scolaires ou autres spectacles...