Le cinéma, c'est un désir très fort de marier l'image au son.

David Lynch

le Musicorama

"Le cinéma, c'est un désir très fort de marier l'image au son."

Citation du réalisateur David Lynch / Studio magazine - juin 1992

 

 

 1 - LE MUSICORAMA ... C'EST QUOI ? 

 2 - L'ASSOCIATION IMAGES ET MUSIQUES DANS LES MEDIAS  

 3 - CONTENUS DE NOTRE MUSICORAMA 

 4 - OBJECTIFS EDUCATIFS 

 5 - CONSEILS POUR ANIMER L'ACTIVITE 

 6 - LES FONCTIONS DE LA MUSIQUE EN AUDIOVISUEL 

 7 - VOCABULAIRE ET DEFINITION 

 8 - EXEMPLES D'ASSOCIATIONS 

 9 - AIDES ET CONSEILS POUR FABRIQUER VOTRE MUSICORAMA  

 10 - EXEMPLES DE MUSIQUES DANS DES REPORTAGES  

 11 - RESSOURCES 

 

 

 

 

 

 

 1 - LE MUSICORAMA ... C'EST QUOI ? 

 

Dans les réalisations audiovisuelles de toutes sortes, les musiques off sont les musiques ajoutées au montage. Elles sont également appelées musiques de fosse et, en langage plus savant, musiques extradiégétiques. 

Contrairement aux musiques in, les musiques off ne sont pas entendues par les personnes montrées par les images. Toutefois, des exceptions sont possibles comme à la toute fin de l'extrait suivant d'Astérix et Obélix Mission Cléopâtre ou César chantonne brièvement la musique off (ici).

Les musiques off sont des éléments importants d'une réalisation. Leurs choix et emplacements ne sont généralement pas laissés au hasard. Si elles échappent parfois à notre attention et à notre conscience, elles font parties pourtant des éléments créatifs les plus efficaces quant à leur pouvoir de communiquer, de créer l'illusion, d'émouvoir, de plaire, de persuader, de faire rêver, etc.

Pour prendre conscience du pouvoir et des fonctions de la musique, le jeu du Musicorama propose de mixer des extraits musicaux et des séquences d'images filmées d'environ 17 secondes. C'est un jeu d'expérimentations créatives de mariages d'images et de musiques, sans solution absolue.

Pour chaque essai d'association, les joueurs sont invités à observer et à exprimer  :
   
    > les éventuelles modifications du sens
    La musique peut amplifier ou atténuer le sens d'une image, mais aussi donner un sens à une image qui en est dépourvue, ou créer un sens radicalement nouveau, voire un sens contraire ;
   
    > les éventuelles émotions évoquées et/ou ressenties
    Nous emploierons le terme émotion, mais il s'agit également des sensations (j'ai des frissons!) et des sentiments (je n'ai pas aimé ce film, il me fait trop peur...).

 

Quelques exemples de mixages images/sons de notre Musicorama :

 

ADEIFvidéo propose le Musicorama depuis 2003. En éducation aux médias, cette activité de mixage nous semble essentielle. Chaque année, de nombreux participants de tous âges ont pu l'expérimenter en temps libre ou scolaire, de la maternelle au Lycée. Elle est l'une des activités des plus appréciées en atelier, quelque soit l'âge du public. Avec le web et l'apparition de logiciels de montage gratuits ou à très bas coût, la conception de ce jeu est devenue très simple. Le choix des images et des musiques est infini. Pourtant, cette activité très concrète, accessible et ludique semble à notre connaissance rare dans les pratiques éducatives, notamment à l'école. Nous encourageons les enseignants et professionnels de l'éducation à la proposer. Pour ce faire, nous donnons plus loin quelques conseils techniques et des propositions d'associations particulièrement démonstratives.

 


 2 - L'ASSOCIATION IMAGES ET MUSIQUES DANS LES MEDIAS  

Tendons l'oreille  !

Il nous est souvent simple de reconnaître les musiques de nos films, émissions, séries, pubs et jeux vidéo préférés, notamment celles ayant marqué notre enfance. Mais prêtons-nous suffisamment d'attention aux musiques off que nous écoutons dans les divers médias audiovisuels en général ? Prenons-nous conscience de leurs rôles, de leurs pouvoirs, des émotions quelles provoquent en nous, de leurs relations aux images et aux éventuels dialogues, commentaires, bruits et textes  ?

Une réalisation audiovisuelle, quand elle est suffisamment réussie, est capable de créer l'illusion, de divertir, de convaincre, d'hypnotiser, de faire rêver et de générer de multiples émotions. Ce pouvoir peut, en partie, provenir de ses musiques off et des effets produits par les associations de ces mêmes musiques avec les différentes autres matières narratives (images, paroles, bruits, textes).

Les musiques off peuvent avoir de multiples fonctions comme par exemple créer une ambiance particulière, indiquer l'état psychologique d'une personne, illustrer une action, prévenir d'un danger, produire des effets de réel ou de décalage, apporter un point de vue, etc. Ces musiques peuvent être originales c'est à dire créées spécialement pour le film comme dans Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux. On parle alors de bande originale du film ou B.O.. Elles peuvent être aussi préexistantes, c'est à dire qu'elles n'ont pas été conçues pour le film. Par exemple, certains réalisateurs, comme Quentin Tarantino ou Stanley Kubrick aiment associer des musiques très célèbres, plutôt rocks pour le premier, plus souvent classiques pour le second. Les émissions télévisuelles de divertissement ou d'information utilisent beaucoup de musiques off préexistantes, notamment des tubes anglo-saxon anciens ou récents, mais cette utilisation est souvent paresseuse, prévisible, simpliste, standardisée, stéréotypée, donc moins recherchée, moins astucieuse et moins imaginative.


La musique dans les émissions d'information

Depuis toujours, qu'ils soient cinématographiques, télévisuels ou sur le web, les reportages d'information sont régulièrement accompagnés de musiques off. Déjà, au temps du cinéma muet, les premières actualités cinématographiques, tout comme les fictions, étaient accompagnées de musiques interprétées directement dans les salles, le plus souvent soit par un pianiste, par un organiste ou un orchestre.

Pendant les conflits guerriers, notamment durant la 1ère et 2nde guerre mondiale, le pouvoir de suggestion des films et actualités de propagande repose également pour beaucoup sur leur accompagnement musical. Par exemple, la musique off a été très largement utilisée pour encourager la ferveur patriotique et le combat, évoquer la bravoure des soldats, la détresse des victimes, mais aussi provoquer la moquerie, la peur, la menace, l'horreur, le dégoût de l'ennemi, etc. Pour le journalisme audiovisuel, en particulier dans les grands reportages, cette pratique visant à orienter les interprétations, représentations et opinions des publics récepteurs, notamment en provoquant chez eux des sensations et émotions, n'est donc pas nouvelle et pourrait être considérée, à tort, comme naturelle, normale. Cette pratique est d'autant plus efficace et rarement contestée qu'il est sans doute probable qu'une grande majorité des publics récepteurs soient en attente de sensations fortes, que ce soit par désir, par besoin, mais aussi par habitude. 


Au cinéma, dans les émissions de divertissement, les documentaires animaliers et géographiques, les jeux vidéos ou dans la publicité, la musique off contribue donc à « faire croire », à provoquer des émotions, à faire rêver, bref à jouer son rôle louable de divertissement ou de communication. Mais a-t-on besoin de musiques off quand il s'agit de transmettre une information objective, fiable, peut-être complexe,  sur des sujets sociétaux, politiques, géopolitiques et scientifiques ? Ces sujets n'exigent-ils pas des journalistes un maximum d'objectivité, d'éthique et de sérieux  ? Qu'attendre de la réaction du public récepteur, de son sens critique, de sa citoyenneté, si on l'habitue à trouver surtout du spectacle et du divertissement dans les émissions d'information quelques soient les sujets ? Par exemple, on constate une multiplication de reportages sur des problèmes de délinquance, dont la forme s'inspire de films de fiction à sensation et utilise régulièrement des musiques évocatrices (angoisse, drame, suspens, action...).

Au même titre que les rires off ajoutés à certaines séries télé pour nous indiquer le degré d'humour des scènes auxquelles les récepteurs assistent et les encourager à rire également, les musiques off utilisées dans les émissions d'informations cherchent donc à provoquer une émotion, à plaire, à séduire,  à atteindre l'inconscient et la sensibilité. Pourtant, transmettre des informations sérieuses n'impliquerait-il pas d'abord de solliciter une certaine concentration plutôt qu'une détente ? Cette concentration n'est-elle nécessaire à la réflexion, au sens critique et à la fabrication d'une opinion raisonnée  ?

 


crédits réglementaires : Long Road Ahead par Kevin MacLeod est distribué sous la licence Creative Commons Attribution (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/) Source : http://incompetech.com/music/royalty-free/index.html?isrc=USUAN1100588  Artiste : __url_artiste__

 

 

franceinfo: la chaîne TV publique d'informations en continue, lancée en septembre 2016, diffuse plusieurs fois par jour des reportages, appelés par la chaîne des « modules ». Ces reportages ont la particularité d'être sans commentaire off mais systématiquement accompagnés de musiques diverses et différentes des jingles habituels de la chaîne. Autre particularité, les informations sont systématiquement données par des textes surlignés en couleur. La forme des modules est épurée, sobre, moderne et permet de marquer une sorte de pause récréative dans le flux soutenu d'informations données par orale, un peu comme les pauses musicales des radios.

Mais ici, contrairement aux images des séquences « no comment » de la chaîne EuroNews, le texte prend le relais et l'information ne s'arrête donc pas. Solliciter de façon alterner les différents sens des téléspectateurs serait l'une des nouvelles stratégies de l'info TV  ?  Une stratégie pour conquérir l'audience et satisfaire des téléspectateurs moins attentifs, moins enclins à la concentration, davantage habitués aux messages courts des réseaux sociaux et peu prédisposés à de trop longues explications orales  ?

 

 

 

 

 3 - CONTENUS DE NOTRE MUSICORAMA 

 

15 séquences d'images filmées libres de droit de 17 secondes.

Ces vidéos proviennent des sites suivants  : Coverr, Pexels video, Vidsplay, Wikimedia. Pour l'instant, tous les titres proposés sont en anglais. Nous vous en donnons la liste pour vous aider à construire votre propre Musicorama.

74 extraits musicaux libres de droits de 17 secondes.

Ces extraits sont classés en 12 catégories d'émotions (12 extraits pour les 2 premières catégories, puis 5 extraits pour les 10 suivants). Nous parlons d'émotions pour simplifier l'activité et sa présentation, mais il s'agit également de sensations, d'humeurs, d'attitudes et de sentiments. Ce classement reste discutable, certaines musiques pourraient en réalité appartenir à plusieurs catégories.

La grande majorité de ces extraits proviennent de la bibliothèque audio de Youtube disponible depuis septembre 2013. Pour y accéder, il faut un compte et une chaîne Youtube. Depuis sa chaîne, cliquer sur «  gestionnaire de vidéos  », puis dans le menu de gauche sur «  créer  ». Penser à installer Adblock Plus pour ne pas afficher les publicités. Les autres extraits proviennent du site Wikimedia Commons proposant de nombreuses musiques célèbres libres, mais la qualité des interprétations et des enregistrements laisse souvent à désirer et leur recherche est moins pratique.

Il existe différentes sites proposant des musiques libres de droit, comme par exemple Vimeo Music Store ou Jamendo (voir une liste de sites ici : http://un-blog-une-fille.com/musique-gratuite-libre-droit/). Nous avons préféré utiliser uniquement des musiques de Youtube pour plusieurs raisons  : elles sont bien adaptées à un montage audiovisuel, elles sont d'assez bonne qualité (pas trop synthétique!), elles sont rapidement accessibles, leurs droits d'utilisations sont clairement précisés, elles sont classées par «humeur» et elles comportent quelques musiques classiques célèbres. Seul point noir, comme pour le choix de nos vidéos, tous les titres sont en anglais et probablement d'auteurs américains. Nous n'avons aucun contrat avec cette plate-forme, il nous semble seulement opportun de l'utiliser subtilement à des fins éducatives et créatives, en attendant de trouver une bibliothèque aussi pratique sur un site non commercial.

le Musicorama sur le logiciel libre Kdenlive

 

 

 

 4 - OBJECTIFS EDUCATIFS 

 

SENS CRITIQUE  / EXPRESSION ORALE

> Comprendre et intégrer le pouvoir de suggestion, d'illusion et de manipulation de l'association d'images et de musiques. Pour une même séquence d'images filmées, l'interprétation que nous nous en faisons peut être modifiée  selon la musique qui y sera associée : les idées, le sens, les émotions, les sensations, les sentiments, les souvenirs provoqués peuvent être amplifiés, diminués, inversés, totalement changés. Il en va de même pour une même musique, selon les différentes images que l'on y associera, l'interprétation de cette musique peut être modifiée, mais la démonstration est moins évidente.

> Comprendre et intégrer le caractère artificiel et partial d'une réalisation audiovisuelle. Même si elle se veut la plus objective (notamment dans les reportages) elle est toujours une construction résultant de choix, de techniques et de motivations d'un ou plusieurs auteurs / réalisateurs. 

> Savoir s'interroger sur les objectifs présumés d'un réalisateur (fictions, publicité, divertissement, communication) ou d'un journaliste dans  leur utilisation de la musique.

> Comprendre et intégrer qu'une même image peut avoir plusieurs sens (on parle de polysémie de l'image), selon son contexte de diffusion, selon le type d'émission, de chaîne, de propos tenus avant et après, des autres images montrées avant et après, selon son contexte de réception (les supports  : smartphone, TV, tablette, etc  ; les lieux  : chez soi, au cinéma, dans la rue, dans les transports publics, etc) et les éléments qui y sont associés au montage (effets, musiques, commentaires, légendes associés).

> Acquérir du vocabulaire spécifique à la musique et à son utilisation dans une réalisation audiovisuelle, pour faciliter les échanges critiques autour des réalisations audiovisuelles.


CRÉATIVITÉ  / EXPRESSION / EXPRESSION ORALE

> Connaître les fonctions possibles de la musique dans une réalisation audiovisuelle et les techniques théoriques et pratiques permettant de les mettre en oeuvre. Acquérir du vocabulaire spécifique à la musique et à son utilisation dans une réalisation audiovisuelle pour mieux expliquer ses choix créatifs (que ce soit pour la présentation d'un projet individuel ou pour la réalisation d'un projet collectif).

> Maîtriser la fonction de mixage sur un logiciel de montage.

> Acquérir un rapport plus créatif et donc moins passif aux images et aux sons en profitant notamment de la démocratisation des outils numériques de réalisation et de l'accès aux médias.

> Connaître des ressources d'images, musiques et bruitages libres de droit pour ses projets de réalisation.


PSYCHOLOGIE  / EXPRESSION ORALE

> Acquérir le vocabulaire des émotions, pour mieux les identifier en soi et chez autrui et mieux les nommer.

> Apprendre à mieux gérer ses émotions, notamment celles provoquées par les médias (images violentes, effrayantes, angoissantes...). Le Musicorama démontre souvent la réelle difficulté des participants à mettre des mots sur ce qu'ils ressentent, un vocabulaire spécifique finalement rarement ou pas assez transmis durant l'enfance et au delà. Les codes implicites de la vie en société n'encouragent-ils d'ailleurs pas à étouffer, nier, cacher nos sensations/émotions/sentiments plutôt que de les accepter et de les nommer  ?

> Pour une même association d'images et de musiques, quelque soient les objectifs d'un réalisateur et/ou d'un compositeur, comprendre qu'il existe une infinie diversité d'interprétations selon l'âge, la culture, la personnalité, la sensibilité, l'expérience de vie de ses spectateurs/récepteurs.


CULTURE DE L'IMAGE ET CULTURE MUSICALE

> Accroître ses capacités à identifier une image, une musique et tout autre son.

> Prendre l'habitude de s'informer sur la source et les modes de fabrication d'une image et d'une musique.

> Enrichir ses connaissances et repères culturels (genres, auteurs, époques, mouvements artistiques, cinéma...)

 

 

 

 5 - CONSEILS POUR ANIMER L'ACTIVITE 



Déroulement possible de l'activité en 6 étapes (pour une séance d'au moins 60 mn)


1 - Expliquer et montrer le principe de l'activité, apprendre les manipulations nécessaires sur le logiciel de montage, montrer les vignettes des 15 séquences vidéo, faire rapidement un premier essai d'association ; 


2 - Faire écouter des extraits de musique de chaque catégorie d'émotion (sensations, humeurs, attitudes, sentiments) dans lesquelles elles ont été classées, mais sans donner la nature de la catégorie.

- Demander brièvement aux participants ce que ces musiques évoquent pour eux (sensations, émotions, sentiments, idées, souvenirs...) et les éventuelles images mentales traversant leur esprit.

- Signaler aux participants qu'ils ont le droit d'exprimer les émotions évoquées et/ou ressenties, par des attitudes, des gestes, des expressions du visage. Généralement, les moins inhibés le font naturellement, en particulier chez les enfants de moins de 8 ans. Cette expression par le corps peut être une première étape utile dans le processus d'identification des émotions, avant l'étape de verbalisations et d'échanges. Elle implique de donner quelques consignes et règles pour éviter trop d'excitation et de débordement, le retour au calme étant nécessaire pour rester attentif à chaque association expérimentée. Savoir exprimer ses émotions et sentiments et savoir les identifier est préalable à un échange critique honnête sur une oeuvre, un film, une image, une musique. Rappelons que ne pas savoir gérer une émotion, un trouble, crée une tension interne, un malaise, parfois suivi finalement d'une expression violente, notamment somatique.

- On peut demander également aux participants à quel genre audiovisuel chaque musique correspondrait le mieux (générique d'émission TV, générique de JT, émission sportive et tous les genres de fiction : humour, aventure, horreur, etc.).


3 - Inviter les participants à expérimenter chacun leur tour une association. Leur donner pour consigne de les choisir en faisant en sorte que les résultats des associations soient très différents les unes des autres. S'ils le souhaitent, ils peuvent expliquer ce qui motive leur choix de séquence vidéo et commenter les résultats de leur association. Encourager les participants à exprimer leurs éventuelles questions sur les pratiques d'associations images et musiques en général : peut-être s'interrogeront-ils sur les procédés techniques, le matériel nécessaire, les notions de droit, la relation compositeur/réalisateur, les métiers inhérents, où trouver des images et musiques libres de droits, les logiciels de montage sous windows, etc.


4 - Présenter brièvement votre propre sélection d'associations très démonstratives et déjà préparées dans le logiciel de montage. Demander aux participants, s'ils le souhaitent, de commenter ces associations.


5 - Poser quelques questions pour encourager la verbalisation et les échanges, notamment auprès des participants ne s'étant pas ou très peu exprimés pendant l'activité. Profiter des échanges pour transmettre du vocabulaire spécifique. On peut notamment leur demander :
    - que voyez-vous ?
    - que se passe-t-il dans cette vidéo ?
    - de quel genre de musique s'agit-il ?
    - qu'est-ce que cette musique évoque pour vous ?
    - que ressentez-vous ?
    - que va-t-il se passer ensuite ?
    - quel commentaire pourriez-vous associer ?
    - cette association est-elle intéressante et pourquoi ?   

                        

 

Autres conseils

Le Musicorama peut faire l'objet d'activités individuelles (un PC et un casque par participant), mais il est plus intéressant et plus amusant d'y jouer en binôme ou en groupe pour favoriser les échanges et la verbalisation des interprétations et ressentis. Ces échanges pourront notamment démontrer les différences d'interprétation et de ressenti entre les participants.

Il est important que la verbalisation et la théorisation se fassent spontanément et naturellement pour préserver le caractère ludique de l'activité. Ce jeu éducatif ne doit pas se transformer en cours magistral sur les fonctions de la musique !!! Une demande de verbalisation trop « tôt » ou trop systématique risque de nuire à la dynamique de l'activité et à son intérêt pour les participants, surtout les plus jeunes. La priorité est de donner à chacun la possibilité et l'envie d'expérimenter et de multiplier des associations d'images et de musiques. Ces expérimentations leur permettront d'observer par eux même la différence des effets produits et de tirer leurs propres conclusions sur les fonctions et pouvoirs de la musique.

De préférence, les associations effectuées ne doivent pas être jugées bonnes ou mauvaises, mais considérées comme plus ou moins intéressantes quant aux effets produits. Il est fréquent que les participants disent que telle musique « va bien », telle autre « ne va pas bien ». L'adulte encadrant peut alors demander d'apporter des explications « Pourquoi pensez-vous que ce mixage fonctionne ou ne fonctionne pas ? ».



Que faut-il observer chez les participants ?

Nous conseillons aux adultes encadrant et animant l'activité d'être particulièrement attentifs aux réactions de chaque participant. Ceci implique de se placer face à eux durant l'activité et donc de ne pas trop regarder l'écran. Il est souhaitable d'observer :

> leurs réactions physiques ou leurs non réactions ;

> leurs réactions orales (ou non) : interprétations, ressentis et tout ce qui pourrait valider la compréhension et une meilleure prise de conscience du pouvoir de la musique associée à des images « ça change le sens »,  « j'ai l'impression que c'est un autre film » ;

> leurs éventuelles difficultés à nommer une émotion, un sentiment, une humeur, une attitude (apporter du vocabulaire à cette occasion) ;
     
> leur attention, le plaisir à participer à cette activité et le degré d'intérêt pour elle.


le Musicorama sur le logiciel Final Cut Pro X (système Apple)

 

 

 

  6 - LES FONCTIONS DE LA MUSIQUE EN AUDIOVISUEL 

 

Nous tentons de présenter ici de façon claire et très synthétique les fonctions de la musique dans une réalisation audiovisuelle en général (cinéma, publicité, divertissement TV, information, jeu vidéo...). La tâche nous est difficile, n'hésitez pas à nous faire part de vos propositions pour améliorer ce repérage. Par ailleurs, dans sa version actuelle, notre Musicorama ne permet de démontrer que partiellement ces fonctions. Il ne permet pas notamment de montrer la fonction de structuration du temps et d'orientation dans le temps.

Il nous semble que la musique peut avoir 4 principales fonctions : accompagner, évoquer, provoquer, structurer le temps/orienter dans le temps.

 

L'utilisation d'une même musique peut cumuler plusieurs de ces fonctions. Les fonctions de la musique peuvent être étudiées non seulement dans leurs relations aux images, mais également dans leurs relations aux éventuels dialogues, commentaires, bruits et textes présents dans une réalisation (par souci de simplification nous regroupons l'ensemble de ses éléments de l'expression audiovisuelle par le terme « matières narratives »).

 

Explications de ces 4 fonctions :



 Accompagner  de façon synchrone les images, les mouvements, et les autres matières narratives ; les suivre, les soutenir, les renforcer, les souligner, les amplifier, les illustrer, les mettre en valeur, pallier leur pauvreté...

> l'accompagnement relève aussi de l'évocation, mais elle apporte ici un sens déjà donné par les images et les autres matières narratives. La notion d'accompagnement relève de la redondance, du « décor sonore », voire du  « papier peint » comme dans beaucoup de réalisations mainstream, notamment les grosses productions holywoodiennes. Cet accompagnement musical peut aussi être un amplificateur du sens et de l'émotion.

exemples  :

>  « Bullit » de Lalo Schifrin (prélude de la scène de poursuite)

https://www.youtube.com/watch?v=qgQfm0yW9aE                    

>  « Bip Bip et Coyote »

https://www.youtube.com/watch?v=ktSKxLHhUZk

 


 Evoquer   indiquer, annoncer, rappeler, souligner, symboliser, illustrer, représenter, quelque chose de présent dans le récit, déjà représenté ou non par l'image et/ou les autres matières narratives. Cette évocation peut se faire notamment par des musiques connotées.

> il s'agit ici d'abord d'apporter du sens, un point de vue (comment cette image ou cette scène doit être comprise et interprétée) et de provoquer éventuellement des émotions ;
> le sens donné par la musique peut être décalé, différent, voire contraire à celui donné par l'image ; la musique est alors autonome et génère une double narration.

L'objet évoqué peut-être notamment  :
   - un lieu
   - une culture
   - une action
   - un genre artistique
   - une personne
   - l'état physique et psychologique d'une personne
   - une émotion*
   - une période passée ou future
   - une ambiance, etc.

* le fait d'évoquer ou d'exprimer une émotion ne la provoque pas nécessairement chez le récepteur

exemples  :

> « L'allée du roi » Jean-Baptiste Lully interprété par Michel-Richard Delalande

https://www.youtube.com/watch?v=LNMD5KEuyOM

 


 Provoquer  des sensations, des émotions, des sentiments

   - effrayer, mettre en garde
   - plaire, divertir, faire rêver
   - faire rire (musique ironique, mal interprétée, fausse, surjouée, interprétée avec des instruments connotés
     amusants ou ridicules, musiques en rupture/distance avec les autres matières narratives)
   - faire pleurer
   - apitoyer
   - apporter un sentiment d'étrangeté, de vertige, etc.

exemples  :

> « Il était une fois dans l'ouest »  de Sergio Leone. Musique d'Ennio Morricone

https://www.youtube.com/watch?v=eIHrAErHYc0                  

> « La marche de l'empereur » de Luc Jacquet. Musique dEmilie Simon

https://www.youtube.com/watch?v=1RDr0AfEoFo       




 Structurer le temps / Orienter dans le temps 

   - donner un rythme, un tempo  
   - soutenir le déroulement temporel (notamment les étapes) d'un récit, d'une narration
   - anticiper, annoncer/prévenir, retourner/revenir/rappeler 
   - lier des actions, des scènes, des séquences, une histoire, donner une impression de continuité
   - segmenter des actions, des scènes, des séquences, une histoire,
   - marquer le début d'une action, d'une scène, d'une séquence, d'une histoire, d'une émission
   - amorcer la suite d'une histoire, une nouvelle scène
   - marquer une fin, terminer une action, une scène, une séquence, une histoire, une émission
   - accompagner des plans pour laisser respirer le récit, marquer une pause, reposer l'attention

exemples  :

>  « Coup de foudre à Notting Hill »  Ain't No Sunshine de Bill Withers

https://www.youtube.com/watch?v=Ce_BXD_ONQ8                   

>  « Il était une fois l'homme » - de 7'10'' à 8'10''

https://www.youtube.com/watch?v=4pF9joR7Zx4

 

 

 
John Williams réalisant la musique des Aventuriers de l'Arche Perdue de Steven Spielberg Par TashTish at en.wikipedia, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5189672

 

 

 

  7 - VOCABULAIRE ET DEFINITION 


Cette liste non exhaustive présente des mots de vocabulaire relatif à l'utilisation de la musique en audiovisuel et pouvant être utilisés durant l'activité. Le choix de leur utilisation devra s'adapter aux âges des participants.

associations images/musiques

- adéquation
- ancrage
- cliché
- combinaison
- concordance
- contrepoint
- correspondance
- discordance
- dissonance
- extradiégétique
- intradiégétique
- effet comique
- emplacement de la musique
- entrelacement
- fusion
- guide émotif
- harmonie
- illusion de continuité
- interaction
- lien
- paradoxe
- ponctuation
- postsynchronisation
- redondance
- rupture
- soudure
- stéréotype
- synchronisation
- musique in
- musique off
- musique originale
- musique pléonasme
- musique synchrone
- musique anachronique
- musique annonciatrice
- musique asynchrone
- musique atmosphérique
- musique autonome
- musique contrepoint
- musique de fosse
- musique de situation
- musique décalée
- musique hors-champ
- musique illustrative
- musique imitative

 

divers

- émotion
- impression
- interprétation
- narration
- perception
- polysémie de l'image
- sensation
- sentiment

musique en général

- compositeur
- composition
- crescendo
- descrescendo
- fonction de la musique
- fonction dramatique
- générique
- humeur
- intensité
- jingle
- leimotiv
- mickey-mousing
- mise en scène de la musique
- mixage
- ostinato
- piste audio
- récit ou scénario parallèle
- rythme
- sample
- sample design
- stéréophonie
- tempo
- temps
- ton / tonalité
- timbre
- ambiance sonore
- canal sonore
- climat sonore
- habillage sonore
- illustration sonore
- remplissage sonore
- source sonore
- codes musicaux
- expression musicale
- oeuvre musicale
- parenthèse musicale
- style musical
- thème musical
- virgule musicale
- musique ironique
- musique lyrique
- musique percussive
- musique préexistante
- musique répétitive
- musique syncopée
- musique texturale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sensation, émotion, sentiment, humeur ... 4 mots à distinguer

> On trouve de nombreuses listes d'émotions et de sentiments sur le web.

une sensation : 
- Phénomène qui traduit, de façon interne chez un individu, une stimulation d'un de ses organes récepteurs : les sensations visuelles.
- État psychologique découlant des impressions reçues et à prédominance affective ou physiologique : une sensation de bien-être. (Larousse)

une émotion :
- Réaction affective transitoire d'assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l'environnement.
- Trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc. : parler avec émotion de quelqu'un.  (Larousse)

un sentiment :  État affectif complexe et durable lié à certaines émotions ou représentations (Larousse)

une humeur : Disposition affective dominante ou passagère d'une personne (Larousse)

 

 

 

 8 - EXEMPLES D'ASSOCIATIONS 


quelques associations efficaces et démonstratives avec des images et musiques non libres

vidéo : « un ours polaire pêche un poisson » - Nat Geo Wild
https://www.youtube.com/watch?v=xbcYycp6bYs   de 1:13 à 1:30
musiques :
    - "Di-gue ding ding" - Michel Legrand
    - "What a wonderful world" - Louis Armstrong
    - "Protest" - Morton Gould

vidéo : « Désherbage du blé - Traitement du blé » - XH-production
https://www.youtube.com/watch?v=oVxZet9K3KI   de 3:30 à 3:47
musiques :
    - "African Beat" - Bert Kaempfert
    - "Moments in Love" - Art of Noise
    - "Psycho" - Bernard Hermann

 

 

 9 - AIDES ET CONSEILS POUR FABRIQUER VOTRE MUSICORAMA  


> Le Musicorama peut être fabriqué et proposé depuis n'importe quel logiciel de montage.

> Sur simple demande, nous fournissons gratuitement à nos adhérents les 15 vidéos et 74 extraits musicaux libres de droit de notre Musicorama.

> Si vous disposez des logiciels de montage Final Cut Pro (Mac) ou Kdenlive (Linux) nous fournissons à nos adhérents le fichier informatique de notre musicorama, ce qui vous permet d'avoir l'intégralité du jeu prêt à l'emploi.

> Kdenlive est un logiciel libre et gratuit (open source) à ce jour, uniquement disponible sur le système d'exploitation Linux (open source). Une version windows serait en cours de développement.

    présentation du logiciel Kdenlive pour Linux ici :

    http://fr.lprod.org/wiki/doku.php?id=video:kdenlive

    téléchargerment gratuit du logiciel par exemple ici :

    http://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34089754-kdenlive
   
> Si vous ne disposez pas de Final Cut Pro ou de Kdenlive, vous devrez fabriquer le jeu en agençant les vidéos et les propositions d'extraits musicaux dans la time line de votre logiciel.

 


Si vous souhaitez fabriquer un Musicorama et choisir vos propres vidéos et musiques 

 

Pour commencer, une ébauche de musicorama composée de 5 séquences filmées et une trentaine de séquences musicales peut suffire. Trouver ces différentes séquences, notamment sur le web, les importer dans votre logiciel puis sélectionner des extraits de 17 secondes nécessitera quelques heures de travail. Vous pourrez ensuite enrichir cette première base au gré de vos idées et de celles de vos publics.

 

La fabrication d'un Musicorama peut être en soi une activité à proposer à vos publics. Dans le cadre scolaire, ce projet mérite d'être tenté dès le cycle 3. Selon vos effectifs, plusieurs PC connectés peuvent être nécessaires. Vous pourrez répartir les tâches par groupe, chaque groupe pouvant par exemple traiter deux ou trois émotions différentes. Vous pouvez également créer vos propres séquences musicales et vos propres vidéos (dans «  Les Dents de la Mer  », deux notes suffisent à créer un danger, une menace approchante et générer la peur).

 

Vous pourrez donc choisir parmi  :

- des médias libres de droits (il est probable qu'il sera de plus en plus facile d'en trouver sur le web)

- des médias non libres de droits (uniquement pour le cadre scolaire de par la loi sur l'exception pédagogique)

- vos propres créations 

 

Pensez à indiquer vos sources, titres et auteurs sur vos séquences d'images et musicales. L'activité doit encourager les publics à prendre l'habitude d'identifier les images visionnées et musiques écoutées et à respecter les droits d'auteur. Ces indications doivent apparaître clairement sur chacune des séquences.

 

Préparez vos propres choix d'associations les plus démonstratives pour pouvoir les présenter durant votre atelier.

 

Pour parfaire votre Musicorama, vos exemples d'associations et vos connaissances théoriques sur le pouvoir de la musique, il pourrait sans doute être intéressant de solliciter des musiciens confirmés, notamment des enseignants ou des personnes ayant suivies un cursus universitaire en musicologie.

Pour obtenir des conseils dans le choix d'un logiciel de montage, nous vous invitons à nous contacter. Dans tous les cas, ce logiciel doit permettre d'afficher au moins 5 pistes audio et de pouvoir les activer ou désactiver d'un simple clic.

 

 

Conseils pour choisir vos séquences d'images filmées

 

Tout d'abord, n'oubliez pas que seul le cadre scolaire permet l'utilisation d'extraits d'images et de musiques non libres de droits et ceci de façon temporaire. Dans tous les autres cas, vous devez utiliser des images et musiques libres de droit et/ou les créer vous même. Nous vous conseillons de les choisir selon les critères suivants  :

- adaptés vos choix à l'âge de vos publics  ;

- des extraits de fictions, de pubs, de reportages, de divertissements TV, de films d'archives, de grands évènements historiques, de jeux vidéo, de films d'animation, de génériques de JT, de vidéos amateurs ...

- permettant des associations très différentes quant au sens et aux émotions  ;

- des images de diverses cultures et divers pays  ;

- des images ayant des rythmes différents (actions présentées, nombre de plans, mouvements de caméra...)  ;

- attention de ne pas choisir uniquement des images spectaculaires, choisissez également quelques scènes très calmes et austères  ;

- varier le sexe et l'origine ethnique des personnages présentés (attention, choisir une série d'images filmées peut révéler notre degré d'ouverture au monde et notre largesse d'esprit !)  ;

- et n'oubliez pas de saisir cette occasion pour montrer des images intéressantes quand à leur sens, leur fabrication, leur histoire, leur pouvoir, etc.

 

Conseils pour choisir vos séquences musicales

- reprendre notre liste de 12 catégories émotions et de choisir vos musiques pour chaque catégorie  ;

- varier les genres (classique, pop, variétés, techno, rap ...)  ;

- varier les usages auxquels elles sont habituellement prédestinées  (musique de film, de publicité, de jeu vidéo, d'émission TV)  ;

- les introductions des musiques peuvent généralement être suffisantes (ceci est moins vrai pour les musiques classiques).

 

Si vous peinez à choisir vos séquences d'images et de musiques, contactez nous, nous vous communiquerons des propositions.

 

 


 10 - EXEMPLES DE MUSIQUES DANS DES REPORTAGES  

 

Santé  : la loi du marché - Cash investigation - France 2
https://www.youtube.com/watch?v=2pPCt0XqZLs

La mérule dévastatrice - Zone interdite - M6
http://www.m6.fr/emission-zone_interdite/videos/116614-la_merule_devasta...

La face cachée du lait - Enquête d'actualité - D8
https://www.youtube.com/watch?v=-1WCa6K5lfE

Des agriculteurs qui cout-circuitent la crise  - La France qui réussit - Public Sénat
https://www.youtube.com/watch?v=2f_rSgOkwzs

 

Merci de nous prévenir si ces liens ne fonctionnent plus.

 

 

 

 11 - RESSOURCES  


 
Généralités

    « Les fonctions de la musique de film et terminologies diverses » résumé par P. Tagg
    http://tagg.org/udem/musimgmot/LissaFunxFr.htm

    « Matières, statuts et fonctions des moyens d’expression sonores » J.C. Domenjoz
    http://wwwedu.ge.ch/dip/fim/filmique/son.html

    « Les dents de 20h...1mn42 de musicologie » - Hyatrick
    https://www.youtube.com/watch?v=tgocwOUXuqY

    « Koulechov musical » - françois Grandjacques
    https://www.youtube.com/watch?v=00ugJ2HrU0M


La musique de films cinématographiques

    « Le son au cinéma » - Michel Chion

    « histoire de la musique de film » - Ciclic
    http://upopi.ciclic.fr/apprendre/l-histoire-des-images/histoire-de-la-mu...

    cinezik.fr - le site de la musique de film
    http://www.cinezik.org/index.php

    « Analyse du Rapport image / musique au cinéma » - Alexandre Gallet
    https://fr.scribd.com/doc/209630368/Analyse-du-Rapport-image-musique-au-...

    « Analyser un film: De l’émotion à l’interprétation » Laurent Jullier

    « Les dents de la mer : analyse d'une partition incisive »
     http://www.lumiere.org/esthetique/jaws.html#etude5    

    vidéo  « Le rapport image/musique au cinéma » cours magistral de MOUELLIC Gilles     
    https://www.canal-u.tv/video/universite_rennes_2_crea_cim/le_rapport_ima...


La musique de publicités et de marketing

    La musique dans la publicité - Pub en stock    
    http://www.pubenstock.com/2015/musique-publicite-synchronisation-fonctio...

    Conférence de Radioshop (sonorisation de magasins)    
    https://www.youtube.com/watch?v=FExh0XbJCl8


La musique de reportages
    
    Top 16 des musiques qu'on entend toujours dans les reportages TV - Topito
    http://www.topito.com/top-musiques-reportages


La musique de jeux vidéo

    Musique, Cerveau et Jeu vidéo - pvnova    
    vidéo  - https://www.youtube.com/watch?v=gTC95xzsZmU
    (attention, cette vidéo commence par une scène de jeu vidéo violente).


Cette fiche pédagogique est perfectible. Merci de nous y aider ! N'hésitez pas à nous communiquer :        
    - vos suggestions d'associations images et musiques les plus intéressantes et démonstratives
    - vos retours d'expériences
    - les éventuels liens inactifs
    - des sites web, des jeux, des activités basés sur le même principe que le Musicorama
    - et toutes autres suggestions d'améliorations et compléments